Technique de tissage et filature artisanal de la soie naturelle

Pour en savoir plus et découvrir toutes les techniques de tissage artisanal de la soie naturelle en Asie. De la Birmanie à la Thailande en passant le Laos ou le Cambodge, l’Inde la Chine ou le Vietnam. De la sériciculture au tissage, suivez toutes les étapes de fabrication d’un foulard soie ou carré en soie pour femme et homme. Vous découvrirez les secrets de cet artisanat asiatique rare. Une étape intéressante à connaître pour mieux connaître l’univers des soieries. Une entrée en matière dans la mode de la mode à la découverte des savoirs faire artisanaux rares.

tissage soie naturelle

La sériciculture

Cela consiste en l’élevage des ver à soie.Un ver à soie, une fois née doit attendre environ 25 jours pour tisser son premier cocon de soie. Des foulards pour hommes et femmesUne fois le cocon réalisé et avant que la chrysalide devienne papillon les cocon sont mis dans de l’eau chaude. Pour trouver le bout de chaque fil, il faut sans cesse remuer les cocon avec accessoire en paille avant de procéder au dévidage. Ensuite on déroulera lentement le cocon pour en tirer le fil de soie.On enroule ainsi le fil autour d’un dévidoir. Un seul cocon peut donner jusqu’à un Kilo mètre de soie. On obtient ainsi de la soie dite grège qui est ensuite enroulée sur des écheveaux avant d’être tissée. Pour cela elle sera enroulée sur un ourdissoir qui servira à monter les fils sur le métier à tisser puis dévidée sur une canette qui sera mise dans la navette qui servira à tisser l’écharpe en soie. La sériciculture demande un grand savoir faire et il faut prendre grand soin de la bonne santé et de l’élevage des ver pour garantir un produit final de qualité.
tissage artisanal soie naturelle

Lexique autour de la soie

Voilà quelques mots autour de la soie pour mieux comprendre à la fois le processus de fabrication et les termes techniques qui sont employés pour les définir.

Soie grège : Cela signifie de la soie à l’état brut, avant traitement quel qu’il soit.

Soie sauvage :C’est la soie qui est donné par des chenilles de paillon sauvage et non d’élévage. En ce qui concerne la soie sauvage il existe différents types, ceux qui ont une texture régulière et l’autre non du au type de coco et à leur origine. La soie sauvage possède un charme unique en raison de ses irrégularités. Elle est parfois satinée parfois matte.

Écheveaux: Un assemblage de fils de soie fait en plusieurs tours pour qu’ils ne soient pas emmêles.

Ourdissoir: Outils utilisé par les maîtres tisserand sur lequel il mettre la soie quand ils ourdissent. Ourdir signifiant préparer sur l’ourdissoir, les fils de afin de mettre la chaîne en état d’être montée sur le métier à tisser en le faisant passer autour de la trame par le biais de la navette.

Navette: Terme spécifique à l’activité de tissage. La navette est un composant essentiel du métier à tisser qui permet de transporter le fil au travers de la trame en faisant un mouvement de va et vient dans le sens de la largeur du textile à réaliser.

Dévidage: Cela signifie mettre en écheveau le fil qui est sur le fuseau, plus généralement cela consiste à dérouler le fil enroulé sur la bobine.

technique tissage

Tissu de soie

La fabrication de la soie est un métier difficile qui demande un grand savoir faire, de l’élevage au tissage, il regroupe un grand nombre de métiers dont les artisans asiatiques ont le fier secret. La soie de Thaïlande et celle du Laos sont réputées les plus belles aux monde. La soie se reconnaît de plusieurs façon par rapport aux autre textiles, faites appel à vos sens car il faut utiliser l’ouïe, le toucher, la vue et l’odorat pour le reconnaître parmi d’autres étoffes. Elle possède ce charme unique, cette douceur,ce lustre, cette élasticité que les autres n’ont pas. La soie c’est aussi des fortes capacité d’isolation, absorption et de résistance mais encore elle possède cette finesse unique et incroyable que les autres n’ont pas.

Filature de la soie

Pendant longtemps le secret de la soie a été précieusement garde et conserve par les Chinois, car l’art de l’élevage de la soie était un savoir-faire qu’il a fallu du temps pour mettre au point. C’est une technique très délicate mais lorsqu’elle est maîtrisée, elle donne jour à vos magnifiques tissus que vous appréciez temps pour vos foulards et vos vêtements.

filature soieLe cocon du vers à soie

La soie est d’origine animale et c’est les vers du murier que l’on appelle aussi bombyx, qui produit un long fil avec sa salive. Il s’enroule dedans pour créer son cocon ou il va pouvoir muter et se transformer en papillon. Le vers peut confectionner un unique fil qui peut mesurer jusqu’à 1200 mètres de long. Dans la fabrication de la soie la première étape consiste à élever le vers et de le l’accompagner jusqu’à l’étape de la fabrication du cocon. C’est après ce moment-là que l’homme intervient et va écourter la vie de notre vers qui ne se transformera jamais en papillon, mais le fils du cocon va être récuperé et filé.

La filature du fil de soie

La filature est la seconde étape dans le processus de fabrication de la soie. Le cocon va être étuver c’est-à-dire trempé dans de l’eau chaude ce qui va tuer le ver et le fil va ramollir le « gres » la substance qui collait l’ensemble, ainsi le cocon va se dérouler naturellement. La filature est une étape délicate qui consiste à dévider le cocon comme ont le ferai avec une pelote de laine. Il faut pour cela attraper l’extrémité du fil puis l’accrocher à une bobine qui en tournant va entrainer le reste. La bobine va entrainer la totalité du fil et grossir. Mais le fil de soie est très fragile mais s’il est très long, donc c’est pourquoi on dévide plusieurs cocons à la fois, entre 4 et 12. En séchant le gres recollent les brins entre eux, ce qui fait un fil plus résistant.