La soie de Thailande

Découvrez ce qui fait de la soie thaïlandaise, la meilleur soie du monde. Nous vous raconterons tout d’abord l’histoire des soierie thaïlandaise et de l’histoire de la soie en général depuis 2500 av JC. Puis nous vous raconterons l’histoire spécifique de l’homme à l’origine de cette industrie de la soierie asiatique, tragiquement disparu. Retrouvez une collection unique de foulard ou écharpe en soie de Thaïlande  unique en soie du pays du Siam.

soie de thailandeLa soie Thaïlandaise et la vie de Jim Thompson

À bout de souffle dans la première moitié du 20e siècle, la tradition de la soie en Thaïlande reprendra son essor dans les années 1950, grâce à un Américain, Jim Thomson. Mais qui est Jim Thompson ?  Jim Thompson, architecte de formation, découvre la culture asiatique et la Thaïlande en 1945. Il y est affecté comme officier de l’armée américaine. Des foulards pour hommes et femmesDepuis son arrivée dans le pays, Thompson collectionne des morceaux de soie thaïlandaise. Elle le séduit par ses combinaisons de couleurs surprenantes et par sa texture irrégulière qui la distingue des soies japonaise ou chinoise, plus souples. La différence vient de la qualité des vers à soie.

Une longue tradition

Bien que la tradition siamoise de la culture du mûrier et de l’élevage du ver à soie soit attestée dès le 13e siècle par un diplomate chinois, c’est l’architecte américain qui donnera à la soie thaïlandaise ses lettres de noblesse. Car à l’époque où il s’installe à Bangkok, les tisserands se font rares : la tradition n’est perpétuée que par quelques musulmans du quartier de Benkrua. Décidé de commercialiser la soie thaïlandaise, il se met en contact avec eux. La plupart sont méfiants, mais l’un des chefs de famille, intrigué, décide de se lancer dans l’entreprise. C’est le début d’une grande aventure des écharpe et f en soie !

La soie Thaïlandaise de Bangkok

En 1947, une valise pleine d’échantillons de soie, Thompson s’envole pour New York. Une éditrice de mode se passionne pour les tissus et lui offre aussitôt son soutien. De retour en Thaïlande, il crée une société dont il est actionnaire majoritaire et directeur. Il gère d’une façon nouvelle l’entreprise qui emploie en priorité des femmes, autorisées à travailler sur la fabrication de la soie elles pour ne pas perturber leur vie familiale. Il introduit des changements importants dans les modes de fabrication et remplace les teintures végétales par des peintures chimiques, tout en respectant les couleurs traditionnelles de la soie.

Un succès fulgurant

Au début des années 1950, Thompson ouvre un magasin à Bangkok qui connaît un succès fulgurant. Bientôt il reçoit la visite de la reine Sirikit, qui n’a jamais ménagé ses efforts pour promouvoir l’artisanat et le patrimoine culturel thaïs. Elle devient sa cliente la plus célèbre et la plus influente. Lors de ses visites officielles à l’étranger, elle porte des tenues confectionnées en soies sauvages traditionnelles qui ne manquent pas d’attirer l’attention du grand couturier français Pierre Balmain. Les commandes affluent de toutes parts.

La mystérieuse disparition de Jim Thompson

Le dimanche de Pâques 1967, cet homme d’affaires américain Jim Thompson, établi en Thaïlande disparaît dans la jungle malaisienne dans des circonstances qui ne seront jamais élucidées. Le mystère captive l’attention des médias et du public en Asie, mais aussi en Amérique et ailleurs. Car l’homme est loin d’être un inconnu : il suffit d’adresser une lettre à « Jim Thomson, Bangkok », pour qu’elle trouve son destinataire parmi les trois millions habitants de la capitale thaïlandaise.

L’influence de Jim Thompson sur la soie Thaïlandaise

Durant les vingt années précédant son séjour fatal en Malaisie, Jim Thomson réalise ce que d’autres ne réussissent pas en une vie entière. Se spécialisant dans un art dont il ignorait tout, il crée une vaste industrie de la soie en Thaïlande. Sa maison à Bangkok, qui abrite des trésors artistiques de la région, est un chef d’œuvre architectural.

La Thaïlande,renommée pour ses soies artisanales et naturelles

De nos jours, le tissage, qui constitue l’étape centrale dans le processus de la fabrication de la soie, est entre les mains de 600 tisserands, hommes et femmes, qui transmettent leur savoir-faire de génération en génération. Concilient tradition et modernité, l’impression des tissus se fait aussi bien à l’aide de pochoirs en bois que d’imprimantes numériques. Le contrôle de la qualité et la finition à la main sont de rigueur, assurant un bon compromis entre artisanat, tradition, écologie et industrialisation. L’homme d’affaires américain l’avait prédit : cette grande aventure de la soie thaïlandaise devait servir à la prospérité du pays. Aujourd’hui, 90% des actionnaires de la société Jim Thompson sont Thaïlandais, dont un tiers des enfants et petits-enfants des premiers tisserands musulmans de Benkrua.

Découvrez , une sélection des plus belles soies Thaïlandaises à petit prix sélectionnés par mes soins et réalisées par nos meilleurs artisans avec des idées pour laver un foulard en soie.