Histoire de Jim Thompson et la soie Thailandaise

Jim Thompson a joué un grand rôle dans la production et le commerce de la soie thaïlandaise, il est encore aujourd’hui un des américains qui vécu en Thaïlande les plus célèbres à avoir remis au goût du jour le foulard soie thailandaise.

Un américain en Thaïlande

Jim Thompson était le fils d’un riche industriel textile américain, mais ne travailla pas dans l’entreprise familiale, fit des études d’architecture puis devint officier dans les services de renseignements américains peu après l’attaque de Pearl Harbor . Il fut envoyé pour la première fois en Thaïlande en 1945 ou il décida de rester après avoir quitter l’armée en 1946. A partir de ce moment là, Jim Thompson se consacra à la revitalisation de l’artisanat de la soie tissée à la main. En 1948, il s’associe avec George Barrie pour fonder la Société Thai Silk. L’établissement connu un succès en 1951, quand le styliste Irène Sharaff utilisa des tissus en
soie thaïlandaise pour la comédie Musicale de Rogers et Hammerstein  » Le roi et moi ».

Une qualité de soie unique

Avec son penchant artistique, Jim Thompson tomba instantanément en admiration devant la beauté remarquable et les qualités extraordinaires de la soie thaïlandaise, à la fois fascinante et séduisante. Il réussit à revitaliser l’industrie de la soie thaïlandaise en créant des combinaisons de couleurs lumineuses et harmonieuses Des foulards pour hommes et femmes

Une soie contemporaine

En plus de son sens de l’esthétique, le succès de Jim Thompson dépendait de deux facteurs. Le premier est une constance dans le produit afin de satisfaire le client. Une fois qu’un motif ou une couleur était réussie et avait du succès, il s’assurait de reproduire le même modèle avec la formule exacte afin de toujours satisfaire le client quand il recommande. Le second facteurs est de comprendre et cibler les goûts occidentaux des clients, jusqu’à ce moment là les artisans locaux ne s’en souciaient pas.

Une aide au peuple thaïlandais

Jim Thompson a soulevé des milliers de personnes excessivement pauvres en Thaïlande et les aida à les sortir du besoin. C’est avec détermination qu’il permettra aux femmes, qui étaient sa plus grande force de travail, de se consacrer à cette activité tout en restant chez elles, et ainsi de conserver leur position dans leur ménage. Une pratique qui dura jusque dans les années 70, après la disparition de Jim Thompson, quand la société Thai silk relocalisa ses opérations de tissage à Korat. Contrairement à beaucoup de sociétés occidentales qui se contentent de profiter du travail pas cher des pays en voie de développement, Jim a donné et apporté du
travail au thaïlandais tout en les aidant socialement.

Un disparition mystérieuse

Jim Thompson aimait voyage à travers l’Asie du sud-est, à la fois pour le plaisir et souvent à la recherche de pièces d’artisanat d’art rares. En 1967, il partit en Malaisie à Cameron Highlands avec sa femme et deux amis. Il partit pour une promenade l’après-midi mais ne revint jamais. Une disparition mystérieuse suspectée d’être en rapport avec ses anciennes activités dans les renseignements américains.